Perreux

Une tradition de l'accueil  

 

Traversé par l'ancienne voie romaine d'Auxerre à Orléans, Perreux (endroit pierreux) a été, dès la période gallo-romaine, un lieu de passage. Le long de cette voie se sont élevés le manoir de la Coudre, siège de la seigneurie  et le château de Montigny. Dans le bourg se tenaient les foires aux moutons où les marchands se rendant de Champagne en Berry trouvaient à commercer. Dès l'époque de Philippe Auguste, elles étaient réputées et leur existence dura jusqu'à la guerre de 1940. Avec l'arrivée de Montigny et d'émigrants venus de l'ouest, Perreux retrouva une vie laborieuse : la briqueterie étendit son activité à un atelier de faïences. Aujourd'hui cette tradition du commerce et de l'accueil s'ajoute à la vocation agricole de la commune.

Prunoy

Charme du château et des étangs

 

 

Cité vers 1120, "Prunetum" relevait de l'abbaye des Echarlis.

Les seigneuries de Prunoy et de Vienne passèrent en 1470 des Courtenay aux Crèvecoeur qui les conservèrent jusqu'au début du XVIIIème siècle. A cette époque, François de Lalive receveur général des finances, achète le château de Vienne, l'abat et le reconstruit tel qu'on le voit aujourd'hui. Certaines scènes du film "Mort d'un pourri" Georges Lautner en 1977 y furent tournées.

 L'église détruite en 1929, d'origine romane, était dédiée à Saint Laurent.